Liste des IPBX libres

Le choix d’un IPBX est parfois compliqué : l’offre est importante et complexe. Sur le papier toutes les solutions se valent, proposent toutes les fonctionnalités utiles, sont sécurisées, facilement administrables … Quand on doit choisir une solution IPBX libre, le choix est plus difficile. La première difficulté est de lister les différentes solutions.

Je vais lister pour vous les différentes solutions qui s’offrent à vous, la contrainte étant que la solution doit-être libre et à même de mettre en place un IPBX en entreprise. Pas d’autre contrainte ! Les voici classées par ordre alphabétique :

  • Astlinux
  • Blue.box
  • FreePBX Distro
  • FusionPBX
  • Incredible PBX
  • PIAF : PBX in a flash
  • Wazo
  • Xivo
  • Yate (avec le module pbxassist)

Il existe d’autres solutions, je n’ai indiqué que les plus utilisées. Le choix n’est pas simple. Vous pouvez commencer par choisir un moteur VoIP (Asterisk, FreeSwitch ou Yate) et regarder l’interface graphique. Des critères peuvent-être éliminatoires comme le support de certains protocoles (comme IAX2 ou H323 par exemple), de montée en charge …

Un IPBX doit être facile à administrer. N’oubliez pas non plus de regarder les évolutions des différents projets. Malheureusement certains projets prometteurs sont devenus propriétaires comme TrixBox CE qui est devenu Fonality et AskoziaPBX qui a changé de licence.

Le mieux est de les tester au sein d’une VM afin de se faire une bonne idée après avoir rédigé un cahier des charges précis.

Je me dois de répondre à la question qui brule vos lèvres : quelles solutions d’IPBX libres je préfère ? Selon l’usage, je vais préférer soit Astlinux soit Xivo. FusionPBX est intéressant mais est un peu lourd d’usage. L’interface d’administration mériterait un lifting.

Quelles solutions avez-vous testées ? et quel est votre retour d’informations ?

 

Historique :

  • 06/02/2019 : ajoût de Wazo (fork de Xivo par son créateur) et suppression d’Elastix (ce dernier est mort suite au rachat)

Nouvelle version d’Astlinux 1.2.2 supportant Asterisk 13

Astlinux 1.2.2 vient de sortir. Découvrez les nouveautés d’un IPBX Asterisk embarqué et sécurisé prêt à l’emploi.

L’équipe d’Astlinux vient de sortir une nouvelle version. En dehors des habituelles corrections de bugs ou autres correctifs de sécurité (glibc « GHOST » et OpenSSL), mises à jour (noyau 3.2.66 et Asterisk) et améliorations de l’interface web, la grande nouveauté vient de la prise en charge de Asterisk 13 incluant la stack PJSIP. Toutes les versions d’Astlinux 1.2.2 (version d’Asterisk 1.8 , 11 et 13) intègrent aussi l’application de monitoring monit.

FritzBox : fonctionnalités avancées de VoIP / SIP

Modification avancée des paramètres VoiP des routeurs FritzBox : codec, VAD, détection des silences …

Certaines FritzBox fournissent un service de standard téléphonique (IPBX). Vous pouvez raccorder une ligne analogique, numérique ou SIP à votre équipement ainsi que des postes SIP, analogique, numérique ou DECT. Les services fournis permet de répondre aux attentes des TPE sans aucun problème.

Il peut parfois être utile d’accéder aux paramètres avancées non accessibles via l’interface web. Nous allons voir comment. Tout d’abord, vous devez vous connecter via telnet à votre FritzBox. Si vous ne savez pas comment faire, je vous invite à lire ce post : comment activer le service telnet de ma FritzBox.

La configuration se fait dans un seul fichier, /var/flash/voip.cfg

Pour éditer ce fichier, il faut utiliser nvi :

nvi /var/flash/voip.cfg

Bien entendu, il ne faut modifier les éléments de ce fichier que si vous savez ce que vous faites. Une mauvaise manipulation pourrait rendre inopérant les services de téléphonie de votre FritzBox.

Nous allons voir comment modifier les codecs et l’ordre de ceux-ci. Pour cela, il faut localiser les 2 lignes suivantes :

use_audiocodecs = no;
audiocodecs = "PCMA", "PCMU", "G726-32", "G726-40", "G726-24";

C’est la configuration par défaut. La première variable (use_audiocodecs) avec une valeur à « yes » permet de dire à la FritzBox d’utiliser les codecs listés dans audiocodecs dans l’ordre de préférence indiqué. Par défaut, la FritzBox utilise le codec selon l’ordre annoncé par l’opérateur. Nous pouvons forcer les priorités ainsi :

use_audiocodecs = yes;
audiocodecs = "G729", "PCMA", "PCMU", "G726-32", "G726-40", "G726-24";

Après avoir réalisé ces modifications, il faut arrêter, puis redémarrer le daemon VoIP :

voipd -s
voipd

Maintenant, il est possible d’utiliser le codec G11 en priorité afin d’avoir une meilleure qualité audio.

Nous allons voir comment activer la détection de silence et la fonction VAD (voice activity detection). Vous pourriez avoir besoin de ces fonctions si votre ligne dispose d’un débit limité.

A la fin du fichier voip.cfg , vous avez la variable rtpstream :

rtpstream {
    voice_activity_detection {
        vad_enabled = vadenabled_no;
        vad_threshold = 10000;
        }
        plc {
            in_the_stack = yes;
        }
        jitter {
            auto_on = yes;
            in_ms = 50;
            in_packets = 0;
        }
        rtcp_enabled = yes;
        silence_detection = no;
}

Que vous allez modifier comme suit :

rtpstream {
    voice_activity_detection {
        vad_enabled = vadenabled_yes;
        vad_threshold = 10000;
        }
        plc {
            in_the_stack = yes;
        }
        jitter {
            auto_on = yes;
            in_ms = 50;
            in_packets = 0;
        }
        rtcp_enabled = yes;
        silence_detection = yes;
}

La valeur du threshold étant à adapter selon votre environnement (faites des tests).

Je vous laisse découvrir les différents paramètres.

Sécurité des iPBX : responsabilité des intégrateurs

Je viens d’avoir un appel téléphonique d’un responsable d’une société qui vient de subir une fraude sur son installation téléphonique. Alerté par son opérateur, Orange pour ne pas le citer, il vient de subir des appels frauduleux pour un montant dépassant les 10k euros. Juste de quoi vous gâcher la journée.

L’opérateur ayant fait le nécessaire (suppression des appels à l’étranger), il cherche maintenant à savoir qui va payer cette facture bien salée. Et pour cela, il faut chercher le responsable, qui a fait la boulette. Un détournement des accès téléphoniques, un employé malintentionné ou une faille du système téléphonique.

Après un audit des accès téléphoniques de l’iPBX, cette hypothèse est rapidement écartée comme la seconde (les montants en jeu sont trop importants). Il reste donc l’hypothèse malheureusement la plus courante, une faille sur le système téléphonique.

Seul un audit permettra de déterminer quelle faille a été exploitée, et si cette faille est la conséquence d’une négligence dans la programmation et la maintenance du standard téléphonique. Malheureusement un certain nombre d’installateurs téléphoniques ou intégrateurs prennent la sécurité des équipements et des systèmes à la légère. Pour preuve, la non application des matchs de sécurité sur certains parcs de PABX pourtant reconnus vulnérables, ou la mise en oeuvre d’architecture dont la conception même fragilise toute l’infrastructure informatique de la société cliente.

Il est grand temps que le petit monde de la téléphonie (installateurs, éditeurs, constructeurs …) adopte des pratiques strictes en terme de sécurité. Et pour commencer, la mise à disposition des patchs de sécurité devrait être gratuit (ce n’est pas encore le cas de tous les constructeurs) et le déploiement des mises à jour de sécurité inclu au contrat de maintenance en incluant des SLA (délai de déploiement de la mise à jour maximum garanti …). Une veille technique devrait aussi faire partie de ces contrats avec une information claire diffusée au client.

Les intégrateurs ou installateurs privés en tant que professionnels reconnus sont responsables devant la loi du respect des bonnes pratiques. Laisser un mot de passe par défaut ou faible est un exemple simple, mais qui engage la responsabilité du prestataire. Comme le fait de ne pas avoir répondu aux solicitations de son client lui demandant de mettre à jour le système, ou le fait d’avoir programmé le système en ignorant les règles de sécurité connues.

Les attaques se faisant de plus en plus nombreuses, j’espère qu’à la fois les clients (ceux qui refusent de mettre à jour leur système et qui refusent tout contrat d’infogérance) et les professionnels prennent plus sérieusement en compte ces risques.

Disparition programmée du PABX ou autocommutateur

Quel est l’avenir du PABX tel que nous le connaissons aujourd’hui au sein des entreprises ? Quel est l’intérêt d’investir dans du matériel dédié face à l’obsolescence des technologies et des hommes ?

En effet, une guerre commence à faire rage entre les solutions PABX matériels et les solutions de communications purement logicielles ?

Grâce à la téléphonie sur IP, il n’est plus nécessaire de disposer de ports dédiés sur une carte de votre autocommutateur afin de raccorder vos postes téléphoniques. Les offres de raccordements de trunk SIP des opérateurs permettent de se passer aussi de carte numéris. Alors à quoi bon investir dans du matériel, et ne pas investir sur du logiciel et de l’expertise ?

L’avènement de solutions open source performantes et leurs déclinaisons commerciales proposent une offre concurrentielle apportant des fonctionnalités de communications évoluées. Des constructeurs de renoms ont emboité le pas : Alcatel avec l’offre BICS, Siemens, Aastra …
Une nouvelle aire s’ouvre avec l’abandon programmé des protocoles de communications propriétaires et une interopérabilité des postes avec l’ensemble des systèmes de communications via un protocole commun, normalisé et ouvert. La fin où le matériel décidait de la marque de PABX à acheter. Les constructeurs ont compris, que s’ils n’ouvraient pas leurs systèmes, ils allaient perdre des parts de marchés importantes. Les PABX des constructeurs historiques acceptent de plus en plus, au fur et à mesure des release, bon gré mal gré, les postes SIP et délivrent maintenant des postes téléphoniques propriétaires compatibles avec le protocole SIP.
La situation actuelle permet donc de déployer un standard téléphonique logicielle tournant sur une serveur informatique et de raccorder via le réseau informatique de l’entreprise des postes SIP multi-constructeurs. L’investissement n’est plus au niveau matériel, mais au niveau des fonctionnalités et de l’administration.
Au vu de ces éléments, combien de temps encore, les PABX matériels vont-ils continuer ? une chance pour eux, en dehors de toute logique, la France est réfractaire à tout changement … même s’il y a des gains à réaliser ?

Comment améliorer l’accueil téléphonique

L’accueil téléphonique est critique pour la performance d’une entreprise d’autant plus en période crise. L’organisation de vos solutions télécoms peut sensiblement améliorer la qualité d’accueil perçue par vos clients. Je vais aborder dans cet article uniquement le cas où l’entreprise dispose de plusieurs personnes afin de répondre aux appels clients : service commerciaux, services après vente, accueils mutualisés …

Combien est-ce frustrant quand vous appeler votre hotline, afin de commander un nouveau service ou réserver une place, d’attendre de très longues minutes sans disposer d’aucunes informations pour se voir parfois raccrocher au nez sans préavis.

La première étape est de mettre en place un numéro téléphonique dédié pour le service en question, le SAV par exemple. Cela évite de passer par un standard automatique (vous savez, tapez 1, puis 3 …) qui véhicule une image négative d' »administration ». Ensuite de définir clairement des jours et des plages horaires d’ouverture et de fermeture et de les annoncer clairement aux correspondants. Vous définissez ensuite la profondeur de la file d’attente, c’est à dire le nombre maximum de personnes à mettre en attente en simultané. Ce nombre va dépendre de divers critères notamment ceux directement liés à votre activité. Enfin, il est impératif de définir des tableaux de bord de suivi efficace et précis. Ces statistiques ont 2 vertues : vérifier l’atteinte des objectifs et améliorer le paramètres et la répartition du personnel dédié à ces tâches pendant une période données.

Ce travail préliminaire réalisé, nous obtenons la définitions précises de vos besoins, qui vous permettra de choisir la solution la plus adaptée.

Les solutions sont nombreuses et dépendent à la fois de votre budget, de votre expertise technique et de votre politique fournisseurs.

Certains constructeurs de PABX proposent des solutions intégrées, certaines gratuitement (Ascotel, Panasonic) d’autres payantes (Alcatel, Matra). Ces solutions répondent aux besoins de petits centres d’appels et restent limités. L’intégration avec des applications externes se fait via des liens CSTA ou TAPI, dont les protocoles ne sont pas maîtrisés par tout le monde.

Comment résoudre une mauvaise qualité de communication VoIP ?

Vous avez déployé une solution de VoIP et vous rencontrez des problèmes de qualité. Alors, que les communications doivent être d’une qualité équivalente au numéris ou proche (dans le cas de compression), vous subissez des blancs, de l’écho, une voix métallique voir même des coupures de communications.

Introduction

Dans l’article, je vais considérer que le site dispose d’un câblage informatique de qualité suffisante et que le matériel déployé est de bonne qualité (switch, routeur, IPBX, postes téléphoniques, passerelles …).

Déterminer l’origine des problèmes

Il va être important dans un premier de temps de déterminer si le problème vient des communications externes ou si le problème intervient aussi sur les communications sur le même site. Si les appels entre 2 postes IP (important) sur le même site (avec l’IPBX en local si nous ne sommes pas en centrex) sont dégradés, il va falloir dans un premier temps résoudre ce problème. Pour cela, il faut vérifier quelques paramètres cruciaux :

  1. quel est le codec utilisé : le codec a une influence sur la qualité perçue. si on a un PABX, utilisez le G711 voire G722 (codec large bande permettant de mieux reproduire la voix). En mode centrex, il peut être souhaitable d’économiser la bande passante, alors le G729 sera le codec de choix.
  2. le mode peer to peer activé : si oui, le flux RTP reste sur le réseau local en mode centrex, la connexion se faisant de poste à poste. Le WAN n’intervient donc pas dans le flux voix en dehors de la signalisation (qui peut-être considéré dans un premier temps comme négligeable d’un point de vue bande passante si on le compare aux flux RTP). Sinon, pour un appel entre 2 postes sur le même site, nous avons 1 appel sortant et 1 appel entrant sur le site, il y a donc un impact sur le WAN.
  3. la fonction VAD (Voice Activity Detection) est-elle activée ? cette fonctionnalité intéressante permet de limiter la bande passante d’une communication en supprimant les paquets incluant les silences. Suivant les réglages, l’économie peut-être importante. Cette fonction est inutile en local, et doit-être désactivée. Elle est difficile a bien paramétrer, et en cas d’erreur les mots seront coupés, les communications pouvant devenir inaudibles.
  4. un VLAN voix a t’il été paramétré appliquant la CoS voix aux flux concernés ?
  5. vérifier que les équipements sont bien à jour, car une version firmware peut avoir un défaut expliquant le problème.

En général, les problèmes sont surtout rencontrés lors des appels externes. En effet, la bande passante est alors plus limitée, les communications passent parfois sur internet et le lien est aussi parfois partagé avec d’autres flux.

VoIP via internet

Je ne conseillerai jamais assez de ne pas transporter la voix sur internet. Internet n’a pas été conçu pour transporter des flux temps réels et ne sait pas garantir la qualité (cela ne veut pas dire que cela ne marche pas). De plus, la sécurité sera aussi difficile à assurer. Je vous laisse imaginer ce que je pense des offres de trunk SIP via internet. Il suffit d’aller voir la liste des failles de sécurité pour prendre peur, mais ce n’est pas le sujet du jour, mais d’un prochain article.

Autres informations essentielles

En plus des questions posées plus haut, il faut aussi obtenir d’autres informations :

  1. Nombre d’appels simultanés externes
  2. Bande passante du lien haut débit (en IP)
  3. Le lien est-il dédié à la voix ? si non, quels sont les mécanismes qui prioritisent la voix sur les autres flux ?
  4. Les flux voix empruntent ils internet ou restent sur le réseau de l’opérateur ?
  5. En mesurant les flux sur le lien, vous pourrez vérifier si le lien est saturé, si les règles sont bien appliquées ou si le lien souffre de perte de paquets ou de gigue.

Quelques pistes

Ne connaissant pas vos cas particuliers, je ne peux pas allez beaucoup plus loin, mais si vous avez des connaissances réseaux suffisantes et en répondant aux questions ci-dessous, vous avez toutes les billes pour trouver la source du problème. Pour vous aider un peu plus, on peut obtenir des informations intéressantes en écoutant la qualité de la voix.

  • Vous avez des blancs en court de communication, il faut regarder du côté de la VAD si elle est activée. Ensuite, cet effet peut-être causé par de la perte de paquet ou une gigue trop importante du lien WAN. Cela peut aussi être dû à une règle de QoS mal définie.
  • Vous avez des bruits ou des craquements. Ils sont souvent causés par une congestion du LAN ou du WAN.
  • Vous avez une voix de robot, regardez du côté de la perte de paquet dûe à une gigue trop importante. (reste à trouver la source de cette gigue).
  • Vous avez de l’écho. Cela est dû à un problème de réglage de l’echo canceller du PABX ou de la gateway.

J’écrirai prochainement un article détaillé sur les symptômes et les causes qui s’y rattachent.

Asterisk peut-il remplacer votre PABX ?

Lors de projet de renouvellement de leur PABX, beaucoup de personnes se pose la question de l’opportunité de migrer sur une solution open source comme Asterisk. La principale motivation étant de réaliser des économies, de récupérer l’exploitation en interne et de l’intégrer au sein de l’infrastructure informatique.

Historique

Asterisk a été créé en 1999 par Mark SPENCER (un gars exceptionnel que j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois). Le code du logiciel est distribué en open source sous la licence GPL. Le site du projet est tout simplement www.asterisk.org

Présentation d’Asterisk

Asterisk est un logiciel permettant de mettre en oeuvre un PABX, c’est à dire de relier entre eux des téléphones de technologies différentes et des trunks. Les trunks sont des accès opérateurs, comme les accès numéris, analogique ou SIP. Asterisk est compatible avec tous les postes IP compatibles avec la norme SIP, IAX et SCCP. On peut aussi connecter des postes analogiques et des postes sans fil via des gateways. Une gamme impressionnante de carte permet de se raccorder aux réseaux des opérateurs.

Nous l’avons vu, au niveau des périphériques, l’offre est très importante et n’a pas à pâlir des solutions payantes concurrentes. Mais, car il y a un gros mais, quand vous installez Asterisk, vous n’obtenez pas un PABX. Vous avez une excellente base, mais sans programmation, il vous ne pouvait pas passer un appel. Afin de construire votre PABX, il vous faudra programmer toutes les fonctions dont vous avez besoin. C’est là que se situe toute la difficulté, car à moins de maîtriser les langages de programmation propre à Asterisk, vous arriverez juste à émettre et à recevoir des appels, mais sûrement pas à faire des interceptions et encore moins mettre en oeuvre la fonction patron-secrétaire. La mise en oeuvre de fonctionnalités évoluées et une intégration parfaite avec les postes nécessitent une excellente expertise. Vous remarquerez aussi que je n’ai pas parlé de fiabilité et de stabilité. Installer Asterisk pour une personne maîtrisant linux, n’est pas une chose compliquée notamment sur Centos. Sécuriser et fiabiliser cette même installation est autrement plus complexe, notamment quand le volume d’appels à traiter est assez important.

Les avantages d’Asterisk

Asterisk a pourtant des avantages à faire valoir par rapport aux PABX du marché. Quand vous achetez un PABX, vous ne pouvez installer que les postes du constructeurs, avec Asterisk vous avez le choix. Vous aurez (ou votre intégrateur) juste à adapter les scripts en conséquence. Vous n’avez plus de limite dans les programmations souhaitées et dans les circuits d’appels, problèmes par contre souvent rencontrés avec les PABX. Vous restez aussi maître des coûts d’évolution, en effet il n’y a pas de licences par utilisateurs, ou de cartes à ajouter. Il faudra par contre surveiller le dimensionnement du serveur.

Et la sécurité ?

J’ouvre un chapitre sur la sécurité. Le monde du PABX m’a souvent étonné par l’ignorance des risques associés. Combien d’entreprises ont vu leur PABX piratés ? mieux, combien se sont aperçues du piratage (en dehors de la facture) ?

Les PABX sont rarement en dernière version logicielle essentiellement pour des questions de coûts ou d’ignorance. Le parc est donc en production avec des failles de sécurité et des bugs non corrigés. Mais connaissez vous la liste des bugs et des failles de la version que utilisez chaque jour ? les hackers oui. Avec Asterisk, vous connaissez les bugs, vous pouvez ainsi mettre en place les procédures nécessaires pour les corriger ou les contourner, appliquer le dernier patch.

Le second point de la sécurité concerne les communications IP. A ce jour, Asterisk ne sait pas crypter les flux RTP (mais c’est en cours), mais peu de solutions constructeurs le proposent. Ceux qui ont ce besoin de part leur activité doivent garder cela en mémoire et bien étudier les fiches techniques des constructeurs afin de vérifier si ce point du cahier des charges est parfaitement rempli.

Asterisk est une solution logicielle qui demande de la maintenance logicielle. Souvent cet effort est oublié par les entreprises quand elles intègrent une solution open source. Et pourtant, cette maintenance va garantir la sécurité, la stabilité et l’évolutivité de votre PABX.

Alors, puis-je installer Asterisk dans mon entreprise ?

L’objectif de l’article étant de répondre à la question : puis-je installer Asterisk dans mon entreprise?

La réponse est oui.

Ai-je un intérêt financier à le faire ?

Cela va dépendre de votre expertise, de la taille de votre entreprise et de votre cahier des charges. Il existe des intégrateurs qui ont développé à partir d’Asterisk des PABX soit en mode licence soit en mode appliance (serveur + Asterisk + scripts). Pour les entreprises aux besoins standardisés et sans expertise, cette alternative peut permettre de réaliser des économies tout en bénéficiant des avantages d’Asterisk.

Il faut vérifier tout de même que la solution ne devient pas closed source (vous vous retrouverez dans le cadre d’un PABX constructeur).

Conclusion

En conclusion, je vais parler de mes propres expériences. Je travaille sur Asterisk depuis 2001 et j’ai donc suivi l’évolution impressionnante du projet. J’ai réalisé des intégrations pour des centres d’appels, des entreprises multi site et du centrex. J’utilise aussi Asterisk pour combler des lacunes de PABX en place. Le projet est extrêmement puissant et ouvre des possibilités infinies à qui sait les exploiter. 😉

Marché des autocommutateurs (PABX)

Le marché des constructeurs d’autocommutateurs a été bouleversé ces dernières années. Quels sont les acteurs ? Quelles sont les perspectives ?

De nombreuses marques ont disparu : Telic, Matra, Eritelcom, Barphone, E-Generis, JS Telecom (puis Bosh), Ténovis, Ascotel pour ne citer que les plus connus et récemment le rachat d’Ericsson par Aastra. Certaines ont disparus, d’autres ont été rachetées puis les produits arrétés et rarement les produits continuent de vivre (survivre) comme Ascotel et Matra au sein de Aastra. Et peut-être la cession de la division entreprise de Nortel à Avaya.

Le marché du PABX est réparti et 3 catégories prinicipales : les moins de 10 postes (TPE), les moins de 100 postes (PME) et les plus de 100 postes. Il faut noter que c’est dans cette dernière catégorie, que les sociétés ayant plusieurs sites en réseau et les entreprises multisites trouveront la solution technique adaptée à leurs besoins. En effet, les PABX pour les 2 autres catégories ne proposent que des fonctionnalités trop basiques afin de répondre à leur besoins.

Les parts de marché sont difficiles à estimer. Chaque constructeur les présente selon une vision qui les avantages, parfois en nombre de postes, parfois en Euros ou en Dollars, parfois en excluant l’IP ou le TDM, parfois en ciblant une catégorie qui les avantage par rapport à la concurrence. Le marché Français est dominé par 2 acteurs, Alcatel et Aastra, avec près de 80% des parts de marché.

Un évènement important à garder en mémoire, est la décroissance en valeur du marché mondial qui s’est matérialisée au premier trimestre 2009 par une baisse de 31%. (1,7 milliards de dollars au lieu de 2,5 pour le T1 2008)

Le premier segment de marché, les moins de 10 postes, regorge d’acteurs. Je ne vais donc citer que les solutions les plus représentatives avec mes excuses pour les oubliées (ils peuvent se présenter en commentaire). Alcatel et Aastra sont bien entendu très présent sur ce segment avec leur produit respectif l’Alcatel OmniPCX Office Compact et l’Aastra Ascotel 150. Siemens est présent avec plusieurs modèles dont un full IP et 1 full TDM. Panasonic est présent avec le TDA15 et Cisco avec l’UC500 (Full IP). Deux marques sortent du lot car elles se positionnent essentiellement sur ce segment de marché. Une marque française, Adept-Télécom et une marque Hollandaise Tiptel. Elles se positionnent avec des prix agressifs, mais avec une contre partie notamment avec une évolution fortement limitée. Je ne vais pas trop m’étendre sur cette catégorie, qui est de plus fortement concurrencée par les offres ASP (IP Centrex et Box), et dont la motivation première d’achat est le prix.

La seconde catégorie, les moins de 100 postes, est très représentée en France par le nombre de sites. Je ne vais présenter ici que les solutions qui supportent la VoIP, les autres étant appelées à disparaître. Les leaders encore une fois sont Alcatel avec l’OmniPCX Office et Aastra mais avec cette fois-ci plusieurs offres : Aastra 500 (Full IP) et la gamme Nexspan (ex Matra). Siemens est présente avec la gamme HiPath 3000, Panasonic avec 2 gammes, NCP et TDE, Cisco avec le Call Manager (UC500 occupera très prochainement l’ensemble de cette gamme de poste), Avaya avec l’IP Office et NEC-Philips avec IPC500 et enfin Mitel. Les autres solutions représentent une part de marché négligeable.

Dans la 3ème catégorie, les acteurs sont beaucoup moins nombreux, et je ne citerais que les solutions effectivement représentées sur le marché Français, disposant de nombreuses références, proposant des solutions de mise en réseau IP performantes et de hautes disponibilités. Alcatel est présent avec L’OmniPCX Entreprise, Aastra avec le Nexspan et Cisco avec le Call Manager.

Bien entendu, il existe une multitude d’offres à partir de solutions open source comme asterisk par exemple. Il faut surtout comprendre que ce ne sont pas des produits mais des framework, une excellente base de travail. Aastra propose des solutions basées sur asterisk. Ces solutions dépendent de manière très importante de l’intégrateur qui apporte une compétence toute différente d’un installateur privé. Il se doit de maîtriser les systèmes d’exploitation comme linux ou bsd, d’avoir une bonne notion de langages de programmation (perl, php, C …) et enfin avoir une connaissance plus pointue en réseau que pour les PABX traditionnel.

Je ne vous ai pas donné de réponses sur quelle solution choisir, car la solution dépend en premier lieu de vos besoins, et ensuite des partenaires aptes à vous accompagner. Pour avoir réaliser de nombreuses missions de d’accompagnement, la base de réussite d’un tel projet est l’analyse de besoins puis le cahier des charges qui en découle. La solution se dessinera alors d’elle même.

Vous trouverez sur ce blog, petit à petit des articles présentant plus en détail les solutions citées dans cet article.

Votre système téléphonique est-il bien protégé ?

On parle souvent d’intrusion des réseaux informatiques, de vol d’informations, de perte de données, d’indisponibilité d’applications suite à une attaque informatique. Tout le monde est conscient des vulnérabilité des solutions informatiques et les entreprises mettent en oeuvre les moyens nécessaires afin de se protéger. Mais qu’en est-il du système téléphonique d’entreprise ? Quels sont les risques et les conséquences d’une attaque ?

Historique

Commençons par un retour vers le passé, un peu d’histoire qui va nous permettre de comprendre l’étendue des risques encourus par les entreprises. Avant l’arrivée de la voix sur IP (VoIP) et du dialogue entre le téléphone et l’informatique communément appelé CTI, les flux voix étaient transportés par des protocoles propriétaires. Le niveau de compétences nécessaires afin de réaliser une intrusion était élevé. Peu d’attaques étaient possibles :

  • écoute des communications en se branchant sur les accès France Télécom.
  • prise en main à distance du système de téléphonie.

Cette dernière attaque est particulièrement dangereuse, car cela permet à l’attaquant de modifier le paramétrage de l’autocommutateur. Ainsi, grâce à des fonctionnalités embarqués dans le PABX, l’attaquant peut appeler au frais de la société attaquée des correspondant étranger à moindre frais. Il peut aussi faire de l’écoute discrète, enregistrer les communications, renvoyer les appels vers le service commercial vers un concurrent …

Quels sont les risques ?

Nous avons donc trois niveaux de risques :

  1. un risque financier
  2. un risque d’indisponibilité du système
  3. un risque d’espionnage

L’intrusion

Le risque d’intrusion par un accès à distance sur le PABX est très fort. En effet, le monde des installateurs privés n’est pas très au fait de la sécurité. Vous trouvez alors assez facilement les informations nécessaires. Le numéro d’accès est très souvent le numéro du standard. Sinon, un numéro de la séquence SDA assez facile à obtenir. Il suffit alors de scanner la plage de numéro. Il vous reste à trouver le mot de passe. Il faut savoir que pour des raisons pratiques, une partie des autocommutateurs sont toujours avec le mot de passe d’origine ou si le mot de passe a été changé, il n’est pas rare que tous les clients d’un même installateur privé est le même mot de passe. Dans tous les cas, le format des mots de passe est assez simple et n’est pas très difficile à casser. Enfin, chaque constructeur dispose d’un mot de passe dit super utilisateur qui n’est pas toujours très difficile à récupérer. De plus, il y a plusieurs niveaux d’utilisateurs : constructeur, administrateur, opérateur … Souvent, seul le mot de passe administrateur est changé. Il suffit de se connecter en opérateur et les droits sont en général suffisant pour faire des dégâts.

VOIP / CTI : des risques complémentaires

Avec la VoIP et le CTI, d’autres failles de sécurité interviennent. Les flux voix sont plus facilement interceptés et donc écoutés sans avoir à prendre la main sur le système. Il suffit alors de crypter les communications, mais qui le fait réellement ? De grands constructeurs ne l’implémentent même pas dans leur système et confie cette sécurisation à des tiers. Le CTI (protocole liant l’informatique à la téléphonie) ouvre deux possibilités supplémentaires : prendre possession du PABX, mais nous l’avons vu précédemment qu’il y a des méthodes plus simples, mais permet aussi d’entrer sur le réseau informatique. Je vous laisse imaginer, alors que vous aviez parfaitement sécurisé votre informatique, sans le savoir, vous avez laissé une porte grande ouverte via votre autocommutateur.

Conclusion

Un système téléphonique d’entreprise est avant tout un système informatique (serveur linux, windows ou dérivé d’unix) disposant des failles de sécurité qui doit entrer dans les process de sécurité informatique : gestion des accès externes rigoureux, politique de gestion des mots de pass, surveillance … d’autant plus que les risques sont au moins aussi importants que pour l’informatique.